$$$$$alaires !


Il y a un point particulier sur lequel j’aimerais m’attarder, c’est le mode de calcul de la quote-part de notre très enviée Sécurité Sociale. J’estime que nous nageons là en plein paradoxe. Nous sommes dans une société dite “évoluée”, ouverte, prônant la démocratie tous azimuts, et puisque nos ministres, députés, sénateurs, et même notre président de la république affichent (comprendre ici : une partie de (N.D.L.R.)) leurs revenus SANS PUDEUR, mais sans omettre de nous faire culpabiliser, ne serait-ce que pour la dépense publique, la déforestation des mailles du panier de la ménagère, peuchère, et bien, parlons d’argent !

Afin d’entrer calmement en matière pour ce sujet délicat qui nous concerne tous (l’Etat, c’est nous, pardi !) je vous propose de rendre ‘’mon salaire’’ public ! Âmes sensibles s’abstenir, ce manque inélégant de pudeur pourrait vous choquer, j’en suis conscient, et m’en excuse d’avance. Vous êtes sûr de vouloir rester ? Bon, soit, commençons :

J’avais un statut d’artisan lors de mon accident. (Vous connaissez tous la plus grande entreprise de France, tout de même ?) Je suis donc généreusement pensionné par ma caisse de retraite pour un montant de… 232,99 €/mois, cotisations sociales déduites. Notre quotient familial me permet de bénéficier de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH), privilège s’élevant à 628,10 €/mois. Mais là, pas question de cumuler les mandats (postaux !) ! AAH (628,10 €) moins la pension de 232,99 = 392,55, soit 625,54 € nets par mois TOUT cumulé. Tiens, 625,54 – 628,10 = - 2,56 !!! Que multiplie 12 mois, cela fait - 30,72 !!! En plus, ils me grugent, les fourbes ! Le seuil de pauvreté est de 817 € mensuel, dois-je le rappeler ?

Bon, ça, c’est fait. Ensuite, dans la liste de matériel citée en “Fiche perso”, vous avez bien sûr dû bondir en voyant les chiffres ! Je vous rassure, ils sont bien en €uros, et il n’y a pas de faute de frappe non plus, j’y ai bien veillé. Alors, d’où viennent ces fonds ?

Non, je ne me suis pas endetté sur 30 ans. De toute façon, il faut renouveler la plupart du matériel à 5/6 ans ! Avec l’aide d’assistantes sociales, nous remplissons des dossiers complets de demande de financement, dans lesquels tout doit être consigné. Pathologie, taux de handicap, situation familiale, maritale, patrimoniale, etc… Depuis quelques mois, un organisme nommé MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapés) a été mis en place afin d’éviter aux personnes ‘’en situation de handicap’’ (!?!?) d’avoir plusieurs organismes à contacter pour obtenir cet indispensable matériel, ces aides techniques. C’est un peu un centre de gestion et de coordination spécialisé, dont une partie est issue du monde médical (médecins, ergothérapeute, infirmiers…) et ni plus ni moins dépendant du Conseil Général.

L’action des MDPH est très controversée selon les dires de certain (et oui, départemental !), mais pour ma part, je leur dois un grand coup de chapeau, et je peux vous affirmer que des gens se démènent véritablement “en coulisse” pour rendre notre avenir plus serein, notre quotidien plus facile, et du même fait, soulager nos familles d’une partie de ce lourd fardeau qu’est une personne dépendante.

Il faut beaucoup de patience, et compte tenu des sommes engagées, les vérifications sont de mises. Je ne vais pas vous apprendre ce que peut inventer l’être humain pour détourner l’argent d’autrui (cf 3e et 4e lignes de cet article ; -)) ! Environ 15 mois pour mon lève malade ou mon fauteuil Permobil. Les dossiers valides passent en commission afin d’obtenir LE financement. Je vais être franc jusqu’au bout, voici le détail du financement de mon fauteuil électrique :

Permobil C500

26 126,06 €

Part Sécurité Sociale

-5 264,32 €

Part Mutuelle

-2 105,72 €

Part Prestation de Compensation

-11 715,35 €

Fonds d’aides complémentaires

-5 040,67 €

Solde à ma charge

2 000 €

Vous constaterez que la part SS (Sécurité Sociale) est de 5 264,32 €, c’est la somme plafond maximale qu’elle alloue pour un fauteuil électrique. J’habite à la campagne, tout est loin, les routes sont des champs de bosses, si ce type de matériel m’a été accordé, c’est à la vue de mes besoins, pas de mes caprices ! J’ai ‘’simplement’’ revendiqué le droit d’avoir une vie sociale et familiale, donc d’avoir du matériel digne de ce nom, car les modèles 100 % pris en charge (il y en a bon nombre) ne me permettaient pas ce genre de “loisir” !

Allez, encore quelques exemples, et puis je vous fiche la paix. La prise en charge SS du fauteuil manuel (Quickie) est plafonnée à 558,99 € (février 2006). Le fauteuil valait 2 829,99 €, j’ai dû donc rajouter 2 047 €, et la mutuelle, 224 € ! Mais un fauteuil sans coussin anti escarres n’est pas un fauteuil complet. Coussin Stimulite : 647 €. Quote-part Sécu : 184 €. Charge perso : 462,50 €. Et c’est mon second coussin. Le premier faisait environ 700 € pour seulement 98 € de prise en charge!

Si un tétraplégique prend un ‘’bon fauteuil’’, c’est avant tout parce qu’il n’a pas ou peu de force, et qu’un fauteuil de base représente une vraie menace pour ses épaules, l’exposant rapidement à de sérieuses tendinopathies (tendinites, arrachements ligamentaires, etc.), voir beaucoup plus grave. Un fauteuil de qualité, c’est un gain de poids, une facilité à manœuvrer, un roulage beaucoup plus “léger”, et nous y passons nos journées dessus ! Nos bras sont devenus nos jambes, rappelez-vous de cela ! Quelle somme représentera des mois d’hôpital, des interventions chirurgicales coûteuses (lorsque cela est réparable !), de la rééducation lorsqu’elles lâcheront ? Ce n’est pas un luxe, ni du caprice ! Une escarre aux fesses, cela se traduit par des mois d’hôpital (toujours 700 €/jour environ), avec parfois de la chirurgie reconstructrice ! Il arrive à des personnes de rester un an au lit pour des escarres ! Alors, est-ce trop cher de rembourser intégralement un coussin ? C’est moins cher qu’une journée d’hôpital, et c’est INDISPENSABLE, INCONTOURNABLE, bon sang de bonsoir !!!

“La vie à tout prix” : 62 jours de réa = 115 000 € environ, tout en sachant dans quel état de dépendance j’allais en sortir. 447 jours d’hôpital pour me permettre de me rééduquer, de me ‘’reconstruire’’, pour finalement mégoter sur quelques milliers d’€uros ? Débranchez-nous en réa, dans ce cas ! Dites à nos familles : “Dans le meilleur des cas, il ne coûterait que … €/ mois, son espérance de vie est de tant… la société ne peut pas se le permettre, déjà que notre gouvernement nous coûte un bras, de plus notre premier ministre est dans la chambre d’à côté… désolé… nos excuses à la famille et tout et tout…”

Ou bien alors, l’Etat doit faire ce qu’il nous suggère : “Vous n’avez pas le choix, il faut assumer votre situation de handicap, et ne pas vous apitoyer sur votre sort ! Nous vous entendons. Nous entendons votre demande !”

Alors lorsque je vois certain ‘’CMU’’ (Couverture Maladie Universelle) faire des tours gratuits de VSL (Véhicule Sanitaire Léger), sans AUCUNE pathologie, juste pour ne pas payer un ticket de bus ou de car, vous comprendrez aisément que mon sang ne fait qu’un tour ! Quels sont les critères d’attribution et de distribution des droits. De qui se moque-t-on ? De NOUS, de VOUS, bien sûr !

De même lorsque nous cherchons des places de parking pour handicapés, et que des gens arrivent avec un macaron GIC (Grand Invalide Civil), et qu’ils sortent presque en courant de leurs voitures, je me demande si les médecins conseils de la Sécurité Sociale, vénérables représentants de la Haute Autorité, ne sont pas tout simplement DE GRANDS MALADES !!!!!!!!

Parking et handicap.

Ah, ça va tout de suite mieux, tiens. Il fallait que cela sorte. Je vais très certainement recevoir des dizaines de mails grâce à ce ‘’papier’’, mais qu’importe. Je suis prêt à en débattre. J’assume pleinement mes écrits, de même que mon statut d’adulte handicapé.

Et si vous êtes sur le fond d’accord avec ceci, et bien faites passer ce lien, faite circuler l’information. Je ne parle que de mon cas, certes, mais c’est le triste sort de trop de d’adultes, mais aussi de parents d’enfants handicapés. Et tous n’ont pas la chance de pouvoir HURLER leur injustice, leur frustration, leur désespoir, car depuis trop longtemps, plus personne ne les écoute.

Fabrice.

échafaud

  1. Pas encore de commentaire.
(ne sera pas publié)