Atmosphère, atmosphère !


Taxe carbone, taxe, car bonne !

Sans vouloir faire à tous prix de l’humour à deux balles, ils commencent vraiment “à nous pomper l’air”, avec cette taxe ! Le fond du problème n’est-il pas le réchauffement global ? Depuis combien d’années, pour ne pas parler de décennies, certains scientifiques hurlent-ils que nous courons à notre perte, à vouloir toujours plus que ce que la Terre peut fournir ? Je n’arrive pas à voir le bien fondé de cette nouvelle taxe avenir à venir. Il s’agirai donc de s’acquitter d’une taxe proportionnelle à la quantité de CO2 rejetée par nos véhicules, ainsi que le type d’énergie avec laquelle nous nous chauffons. N’est-ce pas la planète qui a besoin de se refaire une santé, plutôt que l’Etat ? A qui va réellement profiter ce prélèvement ?

Changeons simplement d’énergie ! Développons l’hydrogène, la pile à combustible, les batteries à ultra-haute capacité, l’éolien, la supraconduction, le solaire, etc… Oui, mais encore faut-il d’abord créer les types de taxes vraiment appropriées, être certain de leur application, surtout de leur rapport, et enfin, s’autoriser à penser comment sauver le monde avant que la Côte d‘Azur n’est disparue sous la mer. Quel manque à gagner, pardon, je voulais dire : quel désordre !

En fait, les choses se répètent, et il est à chaque fois nécessaire de faire porter aux autres le chapeau, ou plutôt le bonnet d’âne. Les banques se vautrent (Crédit Lyonnais, Adidas), les contribuables paient. Jusqu’à la fameuse pomme croquée dans le Jardin d’Eden, dont on veut encore aujourd’hui nous en faire assumer les conséquences, au point de déclencher… des guerres ! En gros, l’Etat attend que la France soit au plus bas, que le taux de chômage augmente, pour expliquer aux citoyens qu’ils doivent se préparer à être, une fois de plus, taxés, et ce afin de mieux vivre les prochaines canicules. Bon, OK, c’est pour sauver la planète. Quoi, on nous aurait menti ? Comment ça, la vignette qui était pour les vieux, je ne vois pas le rapport. Ah, si ! Ils n’en ont jamais bénéficié, c’est vrai. Bon, c’est oublié depuis, puisqu’après être vieux, logiquement, on meurt, donc il devrait y avoir prescription. Paix à leurs âmes, peuchère.

Et puis l’écologie, l’environnement, c’est le cheval de bataille des Verts, en toute logique ? Ah, oui, mais là, nous parlons d’argent plus que de développement durable, et il ne faut pas TOUT mélanger, chacun son domaine de compétence. Coluche dirait : “Circulez, y’a rien à voir !” . Ce n’est pas, à mon humble avis, en taxant le contribuable que nous diminuerons efficacement les émissions de gaz à effets de serre. Une fois de plus, nous sommes en plein paradoxe : croissance et développement durable, deux axes qui ne sont pas fait pour s’entendre. D’un côté, il est salutaire de consommer, de dépenser, pour ne pas fermer les usines qui emploient (et polluent), et de l’autre, il ne faut plus rouler en voiture si l’on emmène pas ses 3 voisins et que l’on s’abstient de mettre la climatisation.

C’est un problème de fric, un point c’est tout. Tournons autour du pot, le fond est simple : l’homme est aussi stupide que cupide. Les salaires de notre gouvernement ne seront jamais taxés pour cette noble cause, puisque l’erreur, la pollution, et finalement presque tous les problèmes, viennent essentiellement de nous, le Peuple. Et puis pourquoi faire de la prévention gratuite, alors qu’il est plus profitable de faire de la répression payante. L’Homme court à sa perte, c’est bien connu. Au fait, pourquoi court-il ?

Fabrice

 

Terre
  1. Pas encore de commentaire.
(ne sera pas publié)