À propos

Bonjour  et bienvenu, Il y a pas mal de temps que l’idée de créer un Blog se faisait mienne. Un Blog digne de ce nom, sur lequel les commentaires seraient possibles, parce que l’intérêt est bien là : dialoguer, partager !

A quoi bon tartiner des pages si personne ne les lit jamais, et/ou si personne ne peut donner son point de vue, ses réflexions, voir ses coups de gueule ! Bon, doucement pour les coups de gueules; il subsiste la censure, le bouton "Effacer" garde néanmoins sa fonction valide, lui. Je désire donc sincèrement pouvoir vous retrouver ici, avoir le plaisir de connaître votre opinion sur les divers sujets qui ne manquerons pas de soulever la poussière, de déranger l’ordre établi, et qui indignerons probablement les âmes sensibles.

Toute vérité n’est pas bonne à dire ? Et bien je peux vous affirmer que ce n’est pas mon soucis principal, n’ayant plus grand chose à perdre. Un jour d’Avril 2005 m’a promu au rang VIP des ultra-dépendants lors d’un banal accident de voiture. Tétraplégique, cloué à jamais sur un fauteuil roulant (c’est plus optimiste que de dire pour toujours, vous ne trouvez pas ?), plus grand chose ne m’atteint, mis à part la beauté de la Vie, la sincérité et la chaleur humaine. Je ne suis pas aigri, c’est la Vie, nous n’avons aucun choix et il est impossible de remonter le temps. Il ne reste plus qu’à faire avec, c’est-à-dire sans !

Un petit site se trouve ici, tout, ou presque tout y figure. Ce n’est pas par plaisir ni nécessité de me montrer, mais plutôt un besoin d’informer, de vous inviter à la réflexion : prenez le temps de vivre, d’aimer. Pensez au moins de temps à autre ne serait-ce qu’à l’air qui circule dans vos poumons, à vos proches, vos amours, vos enfants. Car la Vie, Vivre, ce n’est pas amasser des fortunes, ce n’est pas d’acquérir la dernière sportive vrombissante en vogue, la plus spacieuse des résidences secondaires, voir tertiaires ! Vivre, c’est se servir simplement de nos cinq sens pour communiquer, pour aimer, et au passage, préserver ceux que l’on aime, ceux qui nous sont chers, précieux. Car sans eux, nous ne sommes vraiment rien.

Fabrice.

.Access terne

  1. Pas encore de commentaire.
(ne sera pas publié)